Png, Roses, Romantique, Amour

 

 

 

Il n' y a dans la poésie antique, ni dans Homére, ni dans les tragiques grecs, ni dans Plaute et Térence, ni dans Horace ou Ovide, rien qui ressemble a cet amour tantot mystique et enthousiaste, tantot guerrier et chevaleresque, qui est un des traits caractéristiques des littératures modernes. Ne croyez point cependant qu' on ne retrouve pas dans l' antiquité la trace de ce genre d' amour: seulement il ne faut pas le chercher dans la poésie, mais dans la philosophie. Le banquet de Platon est le modéle et la théorie de cet amour mystique et chevaleresque qui a surtout fleuri dans les temps modernes ; mais ne confondons pas ici la théorie avec la cause. A voir l' analogie qui existe entre les sentiments du banquet de Platon et des poétes ou des romanciers du seiziéme ou du dix septiéme siécle, on serait tenté de penser que l' amour mystique et chevaleresque est né de l' étude et de l' imitation du banquet. Il n' en est rien. L' amour mystique et chevaleresque est surtout né des idées chrétiennes et des idées guerriéres du moyen age. La religion et la chevalerie sont les deux causes principales de ce genre d' amour ; mais il doit beaucoup aussi au banquet de Platon, car c' est la qu' il a trouvé sa théorie. Il était un sentiment ; en lisant le banquet, il est devenu une science. La science a son tour s' est répandue et accréditée a l' aide du sentiment. Le banquet de Platon a été plus heureusement mis en action par les chrétiens et par les chevaliers, qui le connaissaient a peine, que par les philosophes paiens, qui l' étudiaient sans cesse, et la pensée de Platon, qui a eu beaucoup de commentateurs dans le paganisme, n' a eu ses plus nobles disciples et ses plus généreux initiés que dans le christianisme.

 

Girardin.