le blog de cap océane les grands auteurs de la pensée.com

16 octobre 2018

Tao.

 

 

Lorsque les oiseaux volent trop haut, ils chantent faux. Lorsque nous ne sommes pas en harmonie avec notre environnement, les choses semblent aller de travers et nous nous sentons confus et désorientés. Parfois, ces périodes durent un jour, parfois des semaines. Lorsque nous nous sentons ainsi, nous ne sommes pas unis avec le Tao ou, comme on le dit souvent métaphoriquement, le Tao s' est écoulé ailleurs. Etre constamment a l' unisson du Tao est un idéal. Des moments d' infortune ou de dysharmonie venant de l' extérieur sont inévitables. Nous pouvons aussi étre coupés du Tao du fait de notre sottise, ou quand nous agissons de maniére inconsidérée. Lorsque cela arrive, nous sommes comme les oiseaux qui chantent faux : nous sommes en dissonance. Si nous demeurons patients, nous pouvons en général sortir de ces situations. Nous devons agir et rompre l' inertie si une opportunité se présente. Que ce soit attendre ou agir, nous devons toujours essayer de ramener l' équilibre dans la situation et ainsi rejoindre le Tao. Dés que nous aurons rétabli le lien, nous nous sentirons libérés. Nous sommes de retour sur la Voie, de retour vers l' objectif. Mais, chaque fois que nous sommes séparés du Tao, nous devons saisir cette opportunité pour apprendre. C' est parfois suffisant pour prévenir un retour de ces situations et donner un ancrage a nos espoirs lors de périodes ultérieures difficiles. Une fois que nous connaissons le Tao, nous le reconnaitrons sans cesse. Nous ne perdrons pas la Foi, meme lors des périodes de dissonance.

M.D.

Posté par cap-oceane à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


14 octobre 2018

ésotérisme.

 

 

S' il y a eu un commencement dans la matiére il y aura inévitablement une fin. Il n' y a pas de naissance sans mort et réciproquement, mais ce concept d' alternance n' est pas encore a la portée du Mental : l' Invisible incarné dans une structure n' a jamais eu de commencement et n' aura jamais de fin ! Le raisonnement est une aptitude cérébrale, pourtant ce n' est pas au moyen de cette intelligence la que des " éclairs de Lumiére " nous pénétrent, mais d' une autre " Intelligence " directe et immédiate au - dela de la logique rationnelle : c' est l' intuition, qu' il faut " Entendre " et reconnaitre derriére toute réflexion. Quoique l' étre connaisse la permanence de sa réalité dans l' Invisible, il n' a aucune possibilité d' agir s' il ne vit pas la remanifestation ; celle ci lui donne le pouvoir d' évoluer en conscience, mais ce passage dans la matiére le condamne a ne plus étre en relation directe avec la conscience de son étre. En naissant l' étre a " Choisi " son incarnation suivant son besoin d' évoluer en conscience, et en mourant il renonce a évoluer dans la meme enveloppe. Nous fétons la naissance dans la joie et gémissons pour la mort, quand cela devrait étre le contraire, d' autant que celle la est une souffrance physique pire que celle ci. La Vie prénatale prépare a la souffrance de la naissance, comme la maladie prépare a celle de la mort. L' Immortalité physique n' existe pas et, malgré cette évidence, l' homme, dont le compte a rebours a commencé dés la conception, refuse la mort. Il réve d' une Vie physique éternelle et d' une jeunesse permanente, il cherche au travers de techniques ésotériques, de pratiques religieuses ou de découvertes scientifiques, le moyen de conserver ce qu' il sait perdu d' avance. La mort n' est un seuil Fatidique que pour celui qui borne l' existence de son étre a la disparition de son enveloppe charnelle.

H.L.

Posté par cap-oceane à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 octobre 2018

Histoire De La Rome Antique.

 

 

Telles sont, en résumé, les principales structures de décision qui prenaient la place de l' absolutisme monarchique, ce qui donc concrétisait, au moins en intention, l' aspiration de chaque Romain a ne jamais dépendre de l' arbitraire d' un seul. Mais ces diverses magistratures ou fonctions s' exercent nécessairement en symbiose avec les grandes assemblées, qui en désignent les titulaires. La premiére de toutes constitue la fine fleur de la société : le Sénat, dépositaire Sacré et source permanente de toute autorité. Sa tutelle s' exerce Urbi, et plus tard Urbi et Orbi : sur la ville ( par excellence ) et sur le Monde Romain. Cette Assemblée n' est autre que la réunion des Patriciens, des chefs des grandes Gentes, chargés de gérer, en bons péres de famille, les Destins de Rome. On les appelle souvent, les Patres Conscripti, les péres conscrits, autrement dit couchés ensemble sur la liste. D' abord strictement aristocratique, le Sénat accueillera prudemment, au début du quatriéme siécle, les premiers Plébéins, qu' on peut imaginer convenablement rentés. Le recrutement des membres, dont le nombre évoluera au cours des ages entre trois cent et mille, est a la discrétion des Censeurs, qui en dressent l' album hiérarchique selon la rigueur, comptable et morale, qu' implique leur fonction. Rien ne se fait sans l' aval du Sénat, qui fonctionne comme Conseil d' Etat : religion, trésorerie, politique intérieure, diplomatie, défense du territoire, et plus tard, gouvernement des provinces. Non que le Sénat dispose a proprement parler des pouvoirs de décision. Il ne gouverne pas ; il ne légifére pas, mais entérine les Lois. Il ne délivre que des senatus- consulta, autrement dit des recommandations. Meme, il ne peut se réunir que sur convocation d' un Consul ou a défaut, du Préteur. Mais son influence est proportionnelle au tonnage économique et politique déplacé par ses membres. C' est au Sénat que se font et se défont les carriéres. Autant dire qu' on ne gouverne pas contre lui.

L.J.

Posté par cap-oceane à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 octobre 2018

L' Amitié.

 

 

Bonjour

 

Toujours pas de Livebox a ce jour.

Cela fait donc 16 jours.

Je ne désespére pas : ai je véritablement le choix ?.......

Je ne vous oublie guére toutefois.

A trés bientot.

Portez vous bien toujours !

Posté par cap-oceane à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le Technocosme.

 

 

Ainsi les questions relatives a la maniére de connaitre le Monde ( épistémologie ) sont elles déterminantes dans la maniére qu' ont les hommes de se rapporter les uns aux autres. Lorsque le Monde n' est pas percu indépendamment de Forces mythiques, il y a peu de chances pour que les hommes se percoivent eux memes et leurs proches comme des entités distinctes et autonomes. Dans un mythocosme, les hommes ne peuvent pas examiner la nature des relations par lesquelles ils se rapportent les uns aux autres. Dans un mythocosme, l' espace politique ne peut se fonder sur la reconnaissance préalable de l' altérité des hommes entre eux, parce que l' altérité entre l' homme et la nature n' est pas encore reconnue. Le prix a payer, pour retourner aux enchantements du mythocosme, ne serait rien moins qu' une dilution du Moi ( disparition de l' altérité ). Il est vrai que nos contemporains semblent parfois aspirer a cette dilution, mais c' est qu' ils en mesurent probablement mal les conséquences. Il convient donc, lorsqu' on se penche sur l' Univers du mythe, de garder présents a l' esprit non pas seulement les enchantements qu' on associe a cet Univers, mais aussi les servitudes psychiques ou spirituelles qui lui sont inhérentes. Les analogies ne manquent pas entre l' Univers mythocosmique et ce qu' on a appelé, au vingtiéme siécle, le totalitarisme. Notons que si cette altérité entre l' homme et la nature n' est pas encore reconnue, elle y est toutefois présente implicitement. En effet, le simple fait que l' homme éprouve le besoin de raconter des mythes pour rendre compte de ce qui se passe dans la nature signale qu' une distance existe entre lui et son environnement. L' animal, complétement immergé dans la nature, ne raconte pas des mythes pour exorciser l' angoisse que pourrait provoquer en lui l' idée qu' il y est étranger. Il n' y a pas de distance entre l' animal et la nature. Il y en a une entre l' homme et la nature, mais dans un mythocosme, cette distance est plutot niée qu' assumée.

J.M.

Posté par cap-oceane à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


11 octobre 2018

Le Technocosme.

 

 

La liberté exige la cécité ou, pour mieux dire, l' insensibilité a ce qui se manifeste aux sens, parce que ce qui se manifeste aux sens n' est jamais une simple matiére mais toujours l' immatérialité d' une Puissance ne laissant aucune distance entre elle et l' objet sur lequel elle s' applique. C' est cette absence de distance qui donne au mythocosme son caractére totalitaire. Dés qu' on sort de l' Univers du mythe, dés qu' on entre dans ce que nous appellerons ici un logocosme, une distance apparait entre l' homme et la matiére d' autre part. Un signe caractéristique de cette distance est l' attention accordée a la substance des étres et des choses : ils ne sont plus des signes renvoyant a une volonté Surnaturelle ( mythocosme ) ou a une Puissance Maléfique ( totalitarisme ). Dans un logocosme, les étres et les choses ont acquis une certaine matérialité : l' Ame ne s' y sent plus constamment observée par ces Puissances Invisibles qui, dans un mythocosme ou un technocosme, envahissent tous les objets et le tout des objets. A cette distance entre l 'esprit et ses objets correspond une distance entre le Moi et les pulsions qui l' habitent. En se détachant de ses pulsions, l' homme prend conscience d' une intériorité, en lui, qui ne reléve pas de la nature. Une fois cette prise de conscience accomplie, il peut également apercevoir une intériorité parmi ses proches. Ainsi surgit la conscience de l' altérité : par la perception d' une réalité Sur - Naturelle ( au - dela des pulsions ) dans le Soi et dans l' autre. Du meme coup s' opére la distinction entre la Sur - Nature et la nature, la conscience et les choses. Autrement dit, lorsque la conscience voit la nature parce qu' elle s' en est détachée, elle voit en meme temps sa propre spécificité Transcendantale. Alors peut surgir la perception de l' autre en tant qu' autre, vision déterminante dans la constitution des communautés politiques.

J.M.

Posté par cap-oceane à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le Technocosme.

 

 

Cette vision idyllique du mythocosme doit étre contrastée avec d' autres visions de ce meme mythocosme. Aux enchantements de l' Origine, il n' est pas difficile d' opposer les terreurs de l' Origine. Dans un mythocosme, aucun individu n' existe pour lui meme et par  lui meme, de sorte que la notion de responsabilité individuelle y est inconcevable. Dans la société Primitive, il n' y a aucune individualité. Un crime n' est pas plus issu d' une personne localisable dans le temps et dans l' espace que la pluie ne provient d' un nuage. Derriére le crime, il y a des Puissances négatives ou Démoniaques qu' il faut conjurer par des cérémonies compliquées et, pârfois, des sacrifices sanglants. L' individu ne possédant guére d' intériorité, son Ame est un champ qui peut étre envahi par des Dieux ou des Démons. A la limite, l' Ominiprésence du Sacré, souvent source d' enchantements aux yeux des modernes fatigués par leurs responsabilités individuelles, se métamorphose en une surveillance totalitaire. Au Livre de la Genése, Dieu cherche Adam dans le Jardin d' Eden. Nous avons la un signe précoce de la distance entre un Créateur qui n' est pas Omniprésent parce qu' il est Transcendant, et une créature libre d' aller et venir sans étre constamment surveillée par des Dieux et des Démons. Rien de tel dans un mythocosme : le Sacré n' y est pas Transcendant a la nature, de sorte qu' il l' occupe intégralement, pour ne pas dire totalitairement. Il n' y a pas, dans un mythocosme, d' altérité entre la conscience et la nature, parce que la nature n' y a pas d' autonomie. On ne peut pas lui faire face et les individus ne peuvent pas non plus se faire face les uns aux autres. La perte de toute altérité constitue également l' un des traits distinctifs des régimes totalitaires ou la notion de hasard est aussi absente que dans les sociétés Primitives. Dans certains mythes se dessine déja une relative conscience du caractére totalitaire du Sacré dans un mythocosme. Plusieurs récits pointent en direction d' une émancipation possible de l' individu hors de la pression Omniprésente exercée par l' Invisible sur le Visible. Oedipe est d' abord asservi aux Puissances Invisibles : ce n' est pas lui qui décide, en pleine conscience, de tuer son pére ou d' épouser sa mére. Il a été manipulé par le Destin. Mais lorsqu' il se créve les yeux, il l' a voulu. L' Oracle n' avait pas prédit qu' il se créverait les yeux. Une fois aveuglé, une fois soustrait aux signes Visibles des Puissances Cosmiques, Oedipe échappe au mythocosme, c' est a dire a un Univers dans lequel éléments et événements manipulent l' Ame en la terrifiant ou en l' apaisant. La cécité d' Oedipe est le symbole d' un passage obligé pour qui veut se désengager d' une servitude perpétuelle envers le mythocosme.

J.M.

09 octobre 2018

études Grecques.

 

 

Telle est la construction éminemment originale que Platon éléve, comme une autre Tour de Babel, pour monter de la terre au ciel. La philosophie en habite le sommet, et la Mantique est au bas, a la portée du vulgaire. Il est désormais superflu de se demander quelle était au juste l' estime que Platon faisait de la Divination. Pour lui, toute science est Surnaturelle, et la Mantique n' est que le premier degré du Savoir, la connaissance instinctive. S' il lui attribuait, dans son Etat modéle, une si grande importance, c' est qu' elle est précisément faite pour l' intelligence populaire, et que, judicieusement employée par les philosophes gouvernants, elle rend d' inappréciables services.

B.L.

Posté par cap-oceane à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 octobre 2018

Beauté De La Terre........

Cerfs, Buck, Cerf, Corne, Des Animaux, Sauvage, Nature

Posté par cap-oceane à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Phénoménologie De La Sottise.

 

 

D' un bout a l' autre de l' histoire, il se sera trouvé des gens, et non des moindres, pour dénoncer, disons, la sottise, meme si c' est un autre mot qui nous vient a l' esprit. On en respire la présence partout et toujours dans l' air du temps. Une présence atmosphérique, en quelque sorte. On en vitupére les auteurs, on en déplore les ravages, on en recherche les causes. Certains meme se sont montrés curieux de ses origines : Aristote la suppose contemporaine de ce qu' aujourd' hui nous nommons la préhistoire, tandis que Saint Augustin y voit la conséquence du péché d' Adam. A considérer pareille profusion de jugements, on serait tenté d' adopter la position qu' on préte a Raymond Aron, dont Mathurin Maugarlanne disait : " Qu' il a reconnu la bétise comme facteur déterminant de l' histoire." La hantise que révélent tant et tant d' affirmations, qui toutes se donnent pour autant d' évidences, finit par intriguer, et cela d' autant plus que l' idée qu' on s' en fait reste vague. Aussi aimerait on savoir ce qu' il y a la - dessous.

 

L.J.

Posté par cap-oceane à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :