Free stock photo of sea, landscape, nature, sky

 

 

 

 

Apprendre pour mettre en pratique au bon moment, n’est-ce pas une grande joie ? *

À 15 ans, ma volonté était tendue vers l’étude. À 30 ans, je m’y perfectionnais. À 40 ans, je n’éprouvais plus d’incertitudes. À 50 ans, je connaissais le décret céleste. À 60 ans, je comprenais sans avoir besoin d’y réfléchir tout ce que mon oreille entendait. À 70 ans, en suivant les désirs de mon coeur, je ne transgressais aucune règle.

 

A ceux que l’on aime, on ne doit pas épargner le dur labeur. A ceux que l’on estime, on ne doit pas épargner les critiques.

 

À l’égard du monde, le sage n’a ni préjugé ni prédilection. Il est pour tout ce qui est juste.

Agissez avec gentillesse, mais n’attendez pas de reconnaissance.

Agissez envers les autres comme vous aimeriez qu’ils agissent envers vous.

Aimer les autres et prendre soin d’eux, c’est agir avec humanité. Les comprendre, c’est agir avec vertu.

Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu.

Autrefois, on s’instruisait pour soi-même. Aujourd’hui, c’est pour en imposer aux autres.

Avoir assez d’emprise sur soi-même pour juger des autres par comparaison avec nous, et agir envers eux, comme nous voudrions que l’on agît envers nous-mêmes, c’est ce qu’on peut appeler la doctrine de l’humanité ; il n’y a rien au-delà.

Ce n’est pas un malheur d’être méconnu des hommes, mais c’est un malheur de les méconnaître. *

Ce ne sont pas les mauvaises herbes qui étouffent les graines, mais la négligence du paysan.

Ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse, ne l’inflige pas aux autres.

Ce qu’on sait, savoir qu’on le sait ; ce qu’on ne sait pas, savoir qu’on ne le sait pas : c’est savoir véritablement. *

Celui dont la pensée ne va pas loin verra les ennuis de près.

Celui dont la prévoyance ne s’étend pas loin sera bientôt dans l’embarras. *

Celui qui aime apprendre est bien près du savoir.

Celui qui ajoute de nouvelles connaissances aux anciennes est le véritable enseignant.

Celui qui comprend son devoir et ne le remplit pas est un lâche.

Celui qui dans ses entreprises cherche uniquement son intérêt propre excite beaucoup de mécontentement. *

Celui qui est conscient de sa faiblesse dans la pratique de ses devoirs est bien proche de la force d’âme nécessaire à leur accomplissement.

Celui qui est noble met l’emphase sur les qualités et les vertus de ses semblables.

Celui qui est respectueux sans mesure est fatigant. Celui qui est franc sans mesure est insolent.

Celui qui est sévère envers lui-même et indulgent envers les autres évite les mécontentements. *

Celui qui ne connaît pas les mots ne peut connaître les hommes.

Celui qui ne craint pas de promettre de grandes choses a de la peine à les exécuter. *

Celui qui ne prévoit pas les choses lointaines s’expose à des malheurs prochains.

Celui qui ne progresse pas chaque jour recule chaque jour.

Celui qui par l’étude de la connaissance du passé obtient une connaissance nouvelle, est digne d’être un maître.

Celui qui parle trop agira difficilement.

Celui qui pense à être humain ne commet pas de fautes.

Celui qui plante la vertu ne doit pas oublier de l’arroser souvent.

Celui qui pose une question risque de passer pour un sot. Celui qui n’en pose pas est sûr de le rester.

Celui qui ranime le passé pour connaître ce qui est nouveau, celui-là est un maître.

Celui qui sait obéir saura ensuite commander.

Celui qui sait une chose ne vaut pas celui qui l’aime. Celui qui l’aime ne vaut pas celui qui en fait sa joie.

C’est un tort égal de pécher par excès ou par défaut.

Chaque vérité possède quatre coins : en tant que professeur, je te donne un coin et c’est à toi de trouver les trois autres.

Chercher à plaire aux hommes par des discours étudiés et un extérieur composé est rarement signe de plénitude humaine.

Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie.