Ville La Nuit Feux Skyline Grande Ville Gr

 

 

L' homme lui meme, en tant qu' entité autonome n' existe pas ou a peine. Ce qu' il veut, ce qu' il fait, ce qu' il dit, fait partie d' une grande tragédie cosmique entre le visible et l' invisible. Jamais il ne peut se retrouver seul face a lui meme car il n' a pas d' intériorité. Plus précisément, son intériorité est peuplée de présences cosmiques qui l' observent, le guident ou le perdent. Ainsi le Canaque ne dit pas " J' ai envie de cet objet, " mais " Cet objet me tire." Il est loin de se concevoir comme une subjectivité désirante et indépendante du monde. L' auteur qui rapporte ces propos note que si nous, modernes, sommes capables de rentrer dans notre conscience du caractére soigneusement clos et limité de notre for intérieur, nous ne devons toutefois pas oublier que cette maniére d' étre, loin d' étre constitutive de la conscience humaine, représente en fait un point d' arrivée, le moment ou le moi a enfin conquis son autonomie. " L' idée qu' il est possible de vouloir quelque chose de soi meme ne vient pas a l' esprit de l' homme du mythe, parce que le soi n' existe pas ou guére. Cette absence de soi, d' intériorité, d' autonomie, a fasciné nombre d' anthropologues dans un vingtiéme siécle si fatigué par l' autonomie de la conscience qu' il semble souhaiter s' en débarrasser afin de retrouver l' enchanteresse spontanéité de l' état de nature." Claude Levi - Strauss  montre que le comportement des primitifs s' inscrit dans des structures logico - mathématiques ou la conscience n'  aucun role a jouer, cet auteur évoque la possibilité d' une existence délivrée du poids de la conscience individuelle. Comme nous aspirons tous a étre délivrés du poids de notre intériorité, cette évocation nous séduit. Renan y songeait déja : " Chez quelques peuplades, écrivait il, il n' y a pas de noms ndividuels, pas de vanité peronnelle, pas de promiscuité, moins d' égoisme que chez nous ( le sentiment du moi enraciné a proportion de la civilisation ), on joue, on danse, on mange dans la tribu...Mon Dieu ! Que mon esprit est attiré invinciblement de ce coté."

 

J.M.