Nature aube et mer

a) la psychologie spontanée .

cette psychologie , souvent irréfléchie , est limitée d' abord dans son application ; elle est meme quelquefois accessoire et céde le pas au savoir , a la compétence et a la conscience professionnelle , aux réalités extérieures , aux nécessités matérielles , etc.......... elle est en outre , comme le montre l' exemple de l' adolescent , au service de buts qui lui sont étrangers . elle est " intéressée " et elle devient un moyen en vue du succés personnel . elle n' est pas cultivée pour elle meme , elle ne s' étend pas , le plus souvent , au - dela de l' habitude que chacun peut avoir du comportement de gens familiers , ou du savoir - faire professionnel . elle n' est pas l' objet d' une réflexion désintéressée . loin de nous l' idée , évidemment ridicule , de laisser la psychologie sans applications . aucune science , pas meme les mathématiques , ne reste un savoir purement théorique ; toutes ont des conséquences pratiques et toutes ont leur point de départ dans la pratique . mais a un moment de leur évolution et grace a des spécialistes qui , eux , sont de purs chercheurs , elles se sont précisément constituées comme sciences .

la psychologie spontanée telle qu' elle vient d' étre décrite est la connaissance empirique et intuitive de quelques comportements , de leur " motivation " habituelle , de leur déroulement et de leurs effets . il suffirait , semble t il , d' oter de cette définition tout ce qu' elle a de partiel , de limitatif , pour avoir une idée plus claire de ce qu' est la psychologie et des progrés qu' elle doit faire pour mériter le nom de science .

Mucchielli .